Depuis plus d’une dizaine d’années, Ethiquable travaille à faire converger attentes des consommateurs français et besoins des petits producteurs du Sud et de l’Est. Ce faisant la coopérative s’est affirmé comme l’un des principaux acteurs du commerce équitable français. C’est tout naturellement que la SIDI a trouvé en Ethiquable un allié de taille pour le soutien des organisations de producteurs et la promotion de la transition écologique et sociale. L’association des actionnaires individuels de la SIDI, Epargne Solidarité Développement (ESD), a posé quelques questions à Stéphane COMAR, co-fondateur de la coopérative, au sujet de ce partenariat.

 

ESD : Vous sollicitez régulièrement la SIDI, pour l’appui financier de vos partenaires. Pourquoi travailler avec un acteur français pour le financement d’activités locales ?

Ce partenariat a débuté en 2007 au Laos avec le soutien d’une petite organisation de producteurs Aujourd’hui ce sont 7 partenaires qui en bénéficient à Madagascar, en Haïti, en Équateur et au Vietnam. Cette collaboration permet à ces organisations, qui se lancent dans le commerce équitable, de voir leurs campagnes préfinancées par la SIDI et d’obtenir une assistance technique adaptée en : comptabilité, gestion, recherche de débouchés…

Stéphane Comar (SC) : Nous travaillons avec la SIDI pour le pré financement d’achats de produits et denrées auprès de coopératives de producteurs dans plusieurs pays du sud (Haiti, Equateur, Madagascar, Vietnam,… ) pour plusieurs raisons. D’une part, les coopératives de producteurs avec lesquelles nous travaillons n’ont que très rarement accès aux financements bancaires dans leur pays d’origine.Le système bancaire de proximité ne peut parfois pas répondre aux besoins des producteurs en termes de montants, de coûts ou de rapidité d’exécution face aux besoins. La coopérative ne peut aussi parfois pas répondre aux exigences des banques locales notamment en termes de sûretés ou de garanties. Enfin, les rares fois où une coopérative réussit à se faire financer une campagne agricole par un organisme local, elle s’expose aux risques de change, puisque les banques locales prêtent pratiquement toujours en monnaie locale alors que les produits d’exportation sont vendus le plus souvent en dollars ou en euros. Les coopératives ne sont pas outillées pour gérer ce type de risque. En travaillant avec un organisme de financement français ou européen, les contrats de préfinancement sont libellés dans la monnaie support de la transaction commerciale ce qui élimine le risque de change. La proximité géographique et culturelle entre nous et le partenaire financier permet également de bien se comprendre, d’établir une relation de confiance et de réagir assez vite lorsque nécessaire. Il faut aussi évoquer le fait que pour l’instant le coût des financements est inférieur en Europe à ce qui existe dans les pays en développement. Il peut y avoir un différentiel de 5 à 10% selon les cas.

ESD : Et pourquoi spécifiquement avec la SIDI ?

SC : La SIDI est le partenaire privilégié d’Ethiquable en matière de préfinancement aux producteurs probablement parce que nous avons des valeurs et une vision commune de la solidarité, notamment : le fait de s’adresser en priorité aux organisations de petits producteurs qui en ont le plus besoin, sur ce que doit être un commerce équitable exigeant générant des impacts économiques, sociaux et environnementaux. Au-delà de ça, l’équipe Ethiquable apprécie de travailler avec l’équipe de la SIDI car elle connait bien le terrain, fait un travail de fond avec les partenaires qui vient renforcer les coopératives ce qui va complétement dans le sens de ce qu’Ethiquable essaie de faire.

ESD :Pensez-vous que les coopératives locales puissent un jour se passer de « nos » services (SIDI, Ethiquable, AVSF) pour ne plus traiter avec vous que comme fournisseur « lambda » ? Est-ce souhaitable ?

SC : Evidemment, on souhaite que les coopératives puissent un jour se passer de nos services, qu’elles soient complètement autonomes. En pratique, on a beaucoup de difficulté à imaginer l’échéance à laquelle cela pourrait arriver. D’abord parce qu’il y a beaucoup de facteurs exogènes sur lesquels ni Ethiquable, ni SIDI ou AVSF n’ont de prise comme l’environnement politique ou le tissu et les infrastructures économiques nécessaires au développement. Par ailleurs, aujourd’hui seul 1 à 2 millions de producteurs agricoles sont concernés par le commerce équitable, or plus de 500 millions de producteurs agricoles seraient susceptibles d’en bénéficier, sans parler des nouveaux défis auxquels il faut dores et déjà faire face comme les conséquences du changement climatique, la raréfaction des ressources en eau et en terre arable. SIDI, AVSF, Ethiquable et toutes les structures engagées dans l’appui aux populations rurales défavorisées ne risquent pas de manquer de challenges dans les prochaines décennies.

ESD :  Quels rapprochements faites-vous entre les préoccupations de vos clients, les consommateurs de produits équitables que vous connaissez bien, et celles d’épargnants solidaires du type des actionnaires SIDI que vous avez rencontrés ?

SC : Les consommateurs de produits équitables et les épargnants solidaires partagent probablement les mêmes valeurs de solidarité, d’humanité et d’altruisme. J’imagine que la recherche de sens est également un point commun entre les épargnants de la SIDI et les clients d’Ethiquable. Par ailleurs, les épargnants de la SIDI sont aussi des consommateurs dans leur vie quotidienne. A l’image des choix qu’ils font pour l’utilisation de leur épargne, ils font des choix de consommation et sont amenés à faire des arbitrages entre des produits lambda et des produits d’origine achetés aux producteurs à des prix rémunérateurs, transformés dans le souci de préserver l’environnement et pour lesquels la traçabilité physique est garantie. Et puis, en dégustant les produits Ethiquable, les épargnants de la SIDI choisissent des saveurs qui ont du sens.

Propos recueillis par : Anne-Marie SONNET, membre de l’association ESD

 

Découvrez le site et les produits d’Ethiquable

 

1 September 2015