Le journal La Croix en partenariat avec l’association Finansol publie chaque année le baromètre de la finance solidaire qui annonce les grandes tendances du secteur. Le baromètre est consacré cette année aux initiatives lancées dans le domaine de la santé en France et en Côte d’Ivoire.

Le secteur de la finance solidaire en France affiche une belle progression avec un encours total de 12,6 milliards d’euros en 2018 (8,7% de plus qu’en 2017) qui s’explique par une hausse des souscriptions de produits d’épargne solidaire dans tous les canaux de collecte : épargne salariale, épargne bancaire et participations directes au capital d’entreprises solidaires. « Il y a un mouvement de fonds pour l’ouverture de produits d’épargne solidaire », explique Frédéric Fourrier, Responsable de l’Observatoire de Finansol. Le contexte était pourtant peu favorable au développement du secteur, notamment car la morosité des marchés financiers a ralenti la hausse de la collecte de l’épargne solidaire. Malgré la réforme de la loi fiscale en 2018 et la suppression de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), les entreprises solidaires d’utilité sociale (ESUS) comme la SIDI ont marqué la plus forte progression avec un encours total passé de 558 millions à 651 millions d’euros en 2018.

Les ressources émanant de la finance solidaire sont cette année principalement dédiées à la lutte contre l’exclusion, le financement d’activités environnementales et enfin aux projets mis en œuvre dans les pays en développement.

Découvrez les chiffres du baromètre 2019-2020 en cliquant ici

7 June 2019