Le rapport d’activité 2023 de la SIDI est en ligne

Couv RA SIDI 2023 fr

2023 a été une année très spéciale pour la SIDI : nous avons fêté 40 ans d’existence.

  • 40 ans que la SIDI met la finance au service des acteurs du développement économique local dans les pays du Sud
  • 40 ans que la SIDI finance et accompagne des acteurs économiques locaux qui se mobilisent pour améliorer les conditions de vie des populations vulnérables et favoriser des pratiques écologiques vertueuses.
  • 40 ans d’un modèle d’intervention innovant qui repose sur le principe d’une chaine de solidarité financière, reliant des citoyens qui veulent donner du sens à leur épargne, aux organisations partenaires et leurs bénéficiaires.

Malgré les crises multi-factorielles qui se combinent, la SIDI parvient à mener sa mission en plaçant l’additionnalité au cœur de sa stratégie d’impact, et en travaillant sur trois grands objectifs de mission :

  • Promouvoir l’égalité économique
  • Favoriser la réduction de la pauvreté
  • Soutenir la lutte contre le changement climatique

Continuons ensemble à investir pour une transition juste.

Excellente nouvelle pour le fonds FEFISOL II

Photo usaidxprosperafricaxfefisol 2024

La SIDI a le plaisir d’annoncer que USAID – l’agence des Etats-Unis pour le développement international – et Prosper Africa – l’initiative du gouvernement américain pour les échanges et les investissements avec les pays africains – ont approuvé une subvention pour FEFISOL II afin d’aider le fonds à mitiger le risque de change sur son portefeuille en monnaie locale.

FEFISOL II est le fonds d’investissement soutenu par la SIDI et l’investisseur belge Alterfin. Géré par la société de gestion Inpulse Investment Manager, FEFISOL II est dédié au financement d’institutions de microfinance rurales africaines et d’entités agricoles s’approvisionnant auprès de petits producteurs en Afrique.

FEFISOL II est un fonds à forte additionnalité dédié à l’Afrique subsaharienne, ciblant les régions les plus pauvres et les plus inégalitaires, souvent jugées trop risquées par les investisseurs traditionnels. Il vise à soutenir les populations vulnérables, en particulier les femmes et les populations des zones rurales, en finançant des institutions de microfinance afin d’améliorer l’inclusion financière, de réduire la pauvreté et de créer des emplois. Le fonds soutient également les petites entités agricoles afin de renforcer les chaînes de valeur agricoles et d’améliorer la sécurité alimentaire. FEFISOL II offre des produits de dette flexibles pour répondre à divers besoins financiers et fournit une assistance technique pour renforcer les capacités organisationnelles et soutenir la transition écologique et sociale de ses partenaires.

Cette subvention fournie par l’USAID et Prosper Africa permettra au fonds de continuer à développer son portefeuille microfinance en Afrique et de soutenir la levée de fonds pour le troisième et dernier closing, qui permettra d’atteindre une taille de fonds de 30 millions d’euros. Avec cette subvention, l’USAID, Prosper Africa et FEFISOL II visent à améliorer les échanges, l’investissement et l’environnement des affaires sur le continent africain en renforçant les chaînes de valeur agricoles, en créant des emplois ruraux, en soutenant les filières locales à valeur ajoutée, en réduisant la vulnérabilité au changement climatique et, en fin de compte, en contribuant au développement durable du continent.

La contribution de l’USAID et de Prosper Africa complète d’autres mécanismes de “blending” sécurisés par le fonds en 2023 avec la Société de financement du développement international des États-Unis DFC  et le programme Aceli Africa. Compte tenu de l’amplification et de la superposition des risques en Afrique, il est essentiel de s’appuyer sur de tels mécanismes de partage des risques pour un fonds dédié au financement de la microfinance rurale et des organisations de petits producteurs.

Témoignage à l’assemblée générale de la SIDI : résilience et impact social de la Financiera FDL

présentation Julio Flores AG SIDI

A l'occasion de son Assemblée générale, la SIDI a invité Julio Flores, directeur général de la Financiera FDL.

Cette année, l’assemblée générale fut l’occasion pour la SIDI d’inviter l’un de ses partenaires à témoigner. Julio Flores, directeur général de la Financiera FDL, est venu présenter l’activité de cette institution de microfinance (IMF) qui œuvre au Nicaragua, 2ème pays le plus pauvre d’Amérique centrale.

Les échanges fructueux entre Julio Flores et les actionnaires de la SIDI se sont également poursuivis le lendemain matin, lors d’une session questions – réponses. Ce temps a permis d’entrer plus en détails dans l’activité de FFDL et de sa formidable capacité de résilience face aux crises.

L’ONG Fondo de Desarrollo Local (FDL), est créée en 1993 par les Jésuites, à la suite de la guerre civile. L’objectif de FDL est d’améliorer les conditions de vie des Nicaraguayens les plus vulnérables en leur fournissant des prêts, des formations et des services d’accompagnement pour les aider à développer leur activité et alors que les banques ne s’intéressent pas à ce public. Financiera FDL est devenue la première IMF du pays et une des plus importantes d’Amérique centrale. L’institution cible principalement les personnes à faible revenu, les agriculteurs, éleveurs et micro-entrepreneurs en milieu périurbain. Grâce à 38 agences, la Financiera dispose d’un maillage territorial important, lui permettant de réaliser 70% de ses crédits en zone rurale, auprès de populations ayant peu d’accès aux crédits.

 

La Financiera FDL et sa résilience face aux crises.

L’essor de FDL a été ralenti une première fois par la crise de 2008 à 2011. En plus de la crise économique mondiale, un mouvement politique anti IMF « Movimiento del no pago » (mouvement de non-paiement), s’est développé. Il a conduit à la baisse du nombre de clients et des défauts de paiements dans le secteur de la microfinance. FDL, malgré une baisse du portefeuille et des clients d’environ 50%, a réussi à se restructurer, avant de créer, en parallèle de l’ONG, la société financière Financiera FDL (FFDL) en 2016. Pour structurer cette société financière, FDL a choisi « des partenaires internationaux partageant sa vision ». C’est ainsi que la SIDI est entrée au capital comme actionnaire minoritaire.

Une seconde crise a touché le pays de 2018 à 2021. Le conflit politico social (répression meurtrière par le régime autoritaire) et l’instabilité économique ont provoqué une contraction du PIB pendant trois ans. Des migrations massives (10% de la population a fui le pays) ont été causées par la persécution contre la société civile, dont l’Église. Le nombre de clients de FFDL a chuté. Cette récession et la baisse de l’activité ont été aggravées par la crise Covid. Plusieurs IMF ont fait faillite, tandis que le portefeuille de FFDL a de nouveau diminué de 50% (plus de 6 millions de dollars de pertes en 2018 et 2019)

Pour s’en sortir, FFDL a surmonté plusieurs enjeux : le renouvellement de sa clientèle, la consolidation de son portefeuille et la constitution de réserves. Pour l’appuyer, la SIDI a participé à la recapitalisation de FFDL et fait un prêt subordonné à 5 ans (encours total de plus de 1,7 M€ en 2023). Cette seconde prise de participation porte à 4,4% la part de la SIDI dans le capital de FFDL. Fort du soutien de ses actionnaires internationaux, FFDL a pu négocier avec les bailleurs de fonds qu’ils maintiennent les lignes de crédit.

FFDL a réalisé un redressement spectaculaire. Le portefeuille est en croissance depuis la fin de la crise, avec une prévision de +12% en 2024, ce qui va permettre de recouvrir les 6 millions de dollars de pertes enregistrées ces dernières années. Tout ceci a été rendu possible grâce également au sérieux de la gestion et au savoir-faire de la direction de l’entreprise.

 

FFDL une IMF à fort impact social et environnemental.

Le Nicaragua est un des pays les plus exposés au changement climatique. L’économie repose en partie sur l’élevage bovin (54% des terres agricoles) et le taux de déforestation est le second plus élevé d’Amérique centrale. Ces activités sont fortement polluantes et destructrices, alors que de graves sécheresses réduisent les rendements agricoles de 20 à 40%.

L’IMF a développé depuis des années une offre d’accompagnement très complète à la transition agroécologique, à destination des producteurs et éleveurs. L’accompagnement des producteurs aux pratiques agroécologiques porte sur des thèmes comme la gestion de l’eau ou l’arboriculture combinée à l’élevage. Cette assistance technique est prise en charge partiellement ou intégralement par FFDL selon le niveau de vie des clients.

Afin d’améliorer les revenus des producteurs et de réduire la pauvreté, FFDL soutient la transformation des produits, tels que le conditionnement du café pour l’exportation. Cette transformation de la matière première sur place par les producteurs permet de créer de la valeur ajoutée, de diminuer le nombre d’intermédiaires et ainsi, de vendre leur production à un prix supérieur, garantissant ainsi de meilleurs revenus aux producteurs locaux.

FFDL cherche à maximiser son impact et les résultats sont là. Selon une enquête indépendante en partie financée par la SIDI, en 2023, plus de 60% des clients de FFDL déclarent ressentir une amélioration de leur niveau de vie. La structure adapte ses prêts en montant et en durée selon les besoins des clients. Elle octroie des prêts de 14 mois en moyenne (pour les commerçants et les entreprises) jusqu’à 36 mois pour les activités agricoles. Cela a valu à FFDL d’être récompensée par le Microfinance Index en 2023. (voir l’article sur ce sujet).

FFDL fait preuve d’une résilience impressionnante, tout en maintenant une forte dimension sociale et environnementale, avec une priorité sur l’inclusion financière en zone rurale et la protection de l’environnement.

Pour Julio Flores, « bien que la SIDI soit un actionnaire minoritaire, elle est très présente dans les moments importants de FFDL. La participation active de la SIDI à la gouvernance de FFDL avec l’implication d’un consultant bénévole (au sein de son Conseil d’Administration) est déterminante ».

Découvrez le Bilan Social et Environnemental 2023 de la SIDI

Partenariat et pse en 2023

Des partenariats au service de la recherche de performance sociale et environnementale

Le Bilan Social et Environnemental rassemble les chiffres et les données de performance sociale et environnementale de la SIDI et des partenaires qu’elle appuie. Chaque année, il est présenté aux actionnaires de la SIDI à l’occasion de l’Assemblée Générale.

La Performance Sociale et Environnementale (PSE) consiste à mesurer comment une organisation – la SIDI, comme ses partenaires – met en pratique sa mission et atteint ses objectifs sociaux et environnementaux vis-à-vis des populations qu’elle cible. Elle est complémentaire à la performance économique et financière.

La PSE à la SIDI guide l’action de l’équipe à chaque étape du partenariat, depuis la sélection des partenaires jusqu’aux évaluations d’impact. En 2023, ce sont 124 partenaires soutenus dans 33 pays.

Dans le cadre de sa mission sociale, la SIDI se fixe trois grands objectifs :

  • Promouvoir l’égalité économique
  • Favoriser la réduction de la pauvreté
  • Soutenir la lutte contre le changement climatique

Ces trois grands objectifs de mission sont complétés par un axe stratégique transversal : maximiser son additionnalité. La stratégie d’additionnalité de la SIDI est au cœur de sa stratégie d’impact. Cette capacité de la SIDI à créer de l’additionnalité auprès de ses partenaires est nécessaire pour générer un impact social et environnemental fort.

Cette année encore la SIDI répond à cette ambition, via deux modalités d’action :

Intervenir là où les autres investisseurs ne vont pas en ciblant les zones où le besoin en financement est important :

  • 62 % du portefeuille de la SIDI est investi en Afrique subsaharienne.
  • 68 % des partenaires de la SIDI sont situés dans des pays à faible IDH.
  • 79 % des partenaires sont situés dans des pays risqués.
  • 65% des partenaires ont un ciblage rural

Adapter notre offre aux besoins de nos partenaires :

  • 35% du portefeuille en prises de participation (contre 15% pour les autres véhicules de microfinance)
  • Des partenariats de longue durée et des durées de prêts adaptées aux besoins : 39 mois en moyenne pour les prêts accordés aux institutions de microfinance (contre seulement 29 mois pour les autres véhicules de microfinance).
  • Des montants de financements adaptés à la taille des partenaires : la SIDI a notamment la capacité de proposer des plus petits tickets (par exemple, 402 k€ en moyenne pour les entités agricoles quand les autres prêteurs proposent en moyenne 990 k€).
  • Une offre d’accompagnement très complète : l’approche partenariale de la SIDI repose sur la complémentarité entre financement et accompagnement.

 

La SIDI privilégie des structures à fort impact social et environnemental, principalement des institutions de microfinance rurales ou mixtes, des entités agricoles majoritairement certifiées bio et commerce équitable. Leur vision sociale est alignée avec celle de la SIDI. Elle les accompagne dans la réalisation de leurs propres objectifs sociaux et environnementaux, qui en retour contribuent à la réalisation de ceux de la SIDI.

 

Retrouvez l’ensemble des données compilées dans Bilan Social et Environnemental 2023

Découvrez le rapport d’activités 2021 de la SIDI

Couv sidi ra202 compress

Le rapport d’activités 2021 est en ligne !

L’année 2021 a encore été très marquée par les effets de la pandémie de Covid19, mais saluons l’engagement de chacun qui a permis à la SIDI de poursuivre sa mission d’investisseur solidaire au service de l’inclusion financière et économique des populations exclues des systèmes financiers conventionnels.

Découvrez les performances et réalisations de la SIDI et des organisations partenaires, toutes engagées dans une démarche de transition écologique et sociale. Consciente des besoins importants qui persistent en financement comme en accompagnement, la SIDI reste toute entière mobilisée pour répondre aux enjeux qui se posent de façon toujours plus aigüe aux populations les plus vulnérables.

Gardons notre cap et notre ambition en faveur d’une finance solidaire !

 

 

 

 

Publication du Bilan social et environnemental 2021 de la SIDI

Couv bse sidi 2021

Le Bilan Social et Environnemental 2021 de la SIDI présente les chiffres clés de son activité en faveur du développement d’économies inclusives principalement en zones rurales.

 

En 2021, la SIDI poursuit sa mission d’investisseur solidaire et démontre la valeur ajoutée de son action.

Elle appuie 144 partenaires dans 36 pays : des IMF rurales ou mixtes, des entités agricoles majoritairement certifiées bio et commerce équitable.

Elle continue de cibler les plus fragiles :

✔️ 73% des partenaires sont situés dans des pays vulnérables au changement climatique

✔️ 73% des partenaires sont situés dans des pays à IDH faible ou moyen

✔️ 57% des partenaires sont situés dans des pays à faible bancarisation

✔️ 53% du PF dédié à l’Afrique subsaharienne

Elle maintient comme priorité l’autonomisation des partenaires :

📌 51% du PF est consacré à l’investissement en capital ;

📌 1/3 des prêts ont une durée supérieure à 36 mois

Elle renforce l’accompagnement sur mesure apporté aux partenaires via trois canaux :

→ la participation aux instances

→ l’accompagnement personnalisé

→ l’assistance technique

Retrouvez tous les chiffres et données du Bilan social et environnemental 2021

 

 

 

[CP] 5 millions d’euros accordés par la BEI au fonds FEFISOL II

[CP] La Banque européenne d’investissement accorde un soutien de 5 millions d’euros à FEFISOL II pour le financement du secteur agricole en Afrique

 

Forts du succès de FEFISOL, le premier fonds à impact dédié au monde rural en Afrique qui s’est clôturé en 2021, ses deux fondateurs, la SIDI et Alterfin, ont travaillé activement à la création d’un nouveau fonds : FEFISOL II, créé fin 2021.

Aujourd’hui la BEI annonce son entrée au capital de FEFISOL II pour un montant de 5 millions d’euros ! Cet engagement renouvelé va permettre au Fonds de poursuivre et approfondir sa mission sociale.

FEFISOL 1 a en effet eu une portée considérable pendant la décennie écoulée :

– 86M d’euros décaissés, dont 93% en Afrique subsaharienne ;

– 75% de l’encours moyen en monnaie locale ;

– 92 clients financés dans 25 pays ;

– 139 projets d’accompagnement technique menés auprès de 51 clients.

FEFISOL II vient prolonger le soutien pionnier apporté par FEFISOL I à la microfinance rurale et au secteur agricole. L’enjeu posé par le manque de financement des zones rurales en Afrique et des agriculteurs en particulier reste en effet crucial.

Rappelons qu’en Afrique, moins de 5 % des prêts décaissés par les institutions financières classiques sont destinés au secteur agricole et moins de 10 % des agriculteurs ont accès au crédit. Et ce alors même qu’environ 48% de la population dépend de l’agriculture. Bien qu’il apporte une contribution majeure à de nombreuses économies africaines, le secteur agricole est toujours mal desservi financièrement car bien souvent perçu comme trop risqué ou pas assez rentable.

Les communautés rurales font face à des défis multiples : l’éloignement des financements, mais aussi les risques croissants induits par le changement climatique, également l’inclusion financière des femmes qui représentent 60% de la main d’œuvre agricole en Afrique sans pouvoir le plus souvent bénéficier des mêmes droits que les hommes.

FEFISOL II est structuré pour soutenir financièrement et techniquement des solutions conçues localement pour répondre à ces enjeux. FEFISOL II sera mis en œuvre dans plus de 25 pays d’Afrique subsaharienne et devrait soutenir 130 institutions de microfinance ou sociétés et coopératives agricoles s’approvisionnant auprès de petits exploitants et certifiées équitables ou biologiques.

D’autres investisseurs rejoignent FEFISOL II pour un tour de table qui se terminera fin mars : les premiers investissements seront effectifs dès le mois de mai !

 

 

Le rapport d’activités 2020 est disponible en ligne

Couv_RA2020_FR(final)

Pionnière de l’investissement solidaire dans les pays du Sud et de l’Est, la SIDI publie son rapport annuel

La SIDI propose à ses partenaires des financements adaptés ainsi que de l’accompagnement sur mesure, et œuvre ainsi pour une finance générant plus d’impact social et environnemental, de transparence et de solidarité. Retour sur les temps forts de l’année 2020 et sur nos activités en faveur de la transition écologique et sociale.

 

 

 

 

[CP] La SIDI et le Crédit Coopératif : un partenariat renforcé au service de la finance solidaire

0001[CP] La SIDI et le Crédit Coopératif intensifient leurs relations pour l’investissement solidaire.

 

La SIDI et le Crédit Coopératif ont le plaisir d’annoncer le renforcement de leur partenariat au service de la finance solidaire.

En entrant au capital d’Inpulse Investment Manager, la société de gestion de fonds de microfinance filiale du Crédit Coopératif, la SIDI va pouvoir accroitre son offre de services destinés à ses partenaires dans les pays en développement. La SIDI disposera ainsi d’un important levier supplémentaire pour attirer de nouveaux investisseurs via l’offre de fonds à impact qu’elle va développer avec Inpulse et le Crédit Coopératif.

La SIDI promeut une finance au service d’un développement intégral, socialement juste et écologiquement soutenable, reposant sur des valeurs de solidarité, de confiance, d’éthique et de transparence. Ses actionnaires, particuliers et institutionnels lui donnent les moyens de son action et attendent en échange une plus-value exclusivement humaine, sociale et environnementale.